La télémédecine explose aux Etats-Unis en raison du Covid-19

La télémédecine explose aux Etats-Unis en raison du Covid-19

Par Michelle Fay Cortez

Lorsque le personnage Elroy a attrapé le «virus Vénus» sur le dessin animé futuriste, Les Jetsons, en 1962, sa mère a appelé le médecin – qui est apparu dans le salon via un écran vidéo. La télémédecine réelle, les soins de santé dispensés à distance, en était à ses débuts à l’époque, mais la réalité a plus ou moins rattrapé cette vision. Jusqu’à récemment, son impact était limité par des préoccupations en matière de sécurité, d’exactitude et de confidentialité. Maintenant, en raison de la pandémie du Coronavirus, son utilisation a explosé alors que les gens du monde entier évitent de se rendre chez un médecin par peur d’être exposés au nouveau pathogène.

La situation
Lorsque le Coronavirus a frappé, les médecins ont commencé à augmenter leurs offres virtuelles – notamment les rendez-vous via des applications de vidéoconférence telles que FaceTime et Zoom – afin de continuer à prendre soin des patients et de maintenir leurs entreprises en vie. Dans le même temps, les régulateurs ont assoupli les règles qui restreignaient la télémédecine. Aux États-Unis, par exemple, les autorités ont facilité l’application de la Health Insurance Portability and Accountability Act, qui établit des normes de confidentialité strictes. En outre, les programmes d’assurance du gouvernement Medicare et Medicaid ont élargi les types de services couverts et ont commencé à payer pour les visites virtuelles au tarif le plus élevé en personne. Un rapport de McKinsey & Co. en juin a conclu que 46% des consommateurs aux États-Unis utilisaient la télémédecine, contre 11% un an plus tôt. Les analystes du secteur s’attendent à ce que la tendance à l’acceptation se poursuive. Le Coronavirus restera probablement une menace pour la santé au cours des prochaines années, jusqu’à ce que l’immunité acquise par les vaccins et les infections soient généralisées dans le monde. D’ici là, la télémédecine fera probablement partie intégrante de l’écosystème des soins de santé. McKinsey a estimé qu’avec des changements tels que le remplacement de 20% des visites aux urgences et de 25% des visites dans les bureaux de santé, la télémédecine pourrait à terme représenter un cinquième de toutes les dépenses de Medicare, Medicaid et d’assurance commerciale pour les soins ambulatoires, au bureau et à domicile. Cela représenterait 250 milliards de dollars en 2020, par rapport aux 3 milliards de dollars générés annuellement par l’industrie aux États-Unis avant que le coronavirus ne frappe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *