Les détenteurs d’obligations confrontés à des pertes importantes en Zambie ont un regard méfiant sur l’Afrique

Les détenteurs d’obligations confrontés à des pertes importantes en Zambie ont un regard méfiant sur l’Afrique

Par Matthew Hill et Taonga Clifford Mitimingi

Les détenteurs d’obligations font face à des «pertes importantes» alors que la Zambie se bat pour maîtriser sa dette, selon Moody’s Investors Service. Ils demandent maintenant: qui est le prochain?

Le pays d’Afrique australe a demandé cette semaine un congé de six mois pour le paiement des intérêts afin de lui donner un «répit» pour une restructuration de la dette, une décision qui peut lui faire gagner du temps mais qui ne fera rien pour résoudre ses problèmes d’endettement à long terme, Dit Moody’s.

Dans son discours sur le budget de vendredi, le ministre des Finances Bwalya Ng’andu n’avait guère de nouveautés à offrir, à l’exception d’un déficit budgétaire légèrement inférieur aux prévisions qu’il prévoit de financer par plus d’emprunts extérieurs. Il n’a pas mentionné le Fonds monétaire international (FMI), que le gouvernement avait sollicité pour un financement d’urgence, ni donné de plus amples détails sur la stratégie de restructuration de la dette.

Bien que la Zambie emprunte avec abandon depuis des années, ses problèmes découlent en partie de la baisse des prix des matières premières et d’un exode de capitaux déclenché par la pandémie du Coronavirus. Désormais, l’affaiblissement de sa devise a augmenté le coût du service et du remboursement de milliards de dollars de dette levée auprès des obligataires et des banques chinoises. D’autres pays africains sont confrontés à des problèmes similaires, avec plus d’un tiers à risque de surendettement, selon le FMI.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *