Le milliardaire Nassef Sawiris et le SPAC soutenu par GBL recherchent des financements avec des entreprises européennes

Le milliardaire Nassef Sawiris et le SPAC soutenu par GBL recherchent des financements avec des entreprises européennes

Par Aaron Kirchfeld

Le milliardaire égyptien Nassef Sawiris et l’entrepreneur français, Ian Gallienne, parient que leur société de chèques en blanc peut se démarquer d’un marché bondé en se concentrant sur des cibles européennes.

Avanti Acquisition Corp., qui devrait commencer à négocier jeudi à la Bourse de New York, se concentre sur les cibles européennes familiales et dirigées par son fondateur auprès des investisseurs. Jusqu’à présent, cela semble fonctionner: le nouveau véhicule devrait collecter environ 600 millions de dollars, en hausse par rapport à l’objectif initial de 500 millions de dollars, selon des personnes proches du dossier.


NNS Group, le family office de Sawiris, et Sienna Capital, une unité de véhicule d’investissement européen de 15 milliards de dollars Groupe Bruxelles Lambert SA, prévoient également d’investir environ 100 millions de dollars en plus de ce montant, ont déclaré des personnes, qui ont demandé à ne pas être identifiées car les discussions sont privées.

Avanti est surnommée la plus grande SPAC cotée aux États-Unis pour se concentrer sur les acquisitions européennes, où les évaluations des entreprises sont traditionnellement inférieures à celles des États-Unis. Le véhicule recherche des cibles parmi la grande population d’entreprises familiales du continent. La SPAC recherche des entreprises à forte croissance dans des secteurs tels que la technologie, la santé et la consommation et devrait cibler celles d’une valeur de 2 milliards d’euros (2,4 milliards de dollars) à 4 milliards d’euros ou plus.

Sawiris et Gallienne, PDG de GBL, pénètrent dans un espace bondé où des cibles potentielles sont rapidement acquises. Cette année, 118 SPAC ont levé plus de 44 milliards de dollars en offres publiques initiales sur les bourses américaines, selon les données compilées par Bloomberg. C’est plus de la moitié du total recueilli par les SPAC au cours de toutes les années précédentes, selon les données.

Les bailleurs de fonds de la SPAC ont présenté leurs antécédents d’investissements européens de premier plan pour attirer les investisseurs, ont indiqué nos sources. Les deux entreprises derrière la SPAC ont investi dans LafargeHolcim Ltd., le plus grand cimentier du monde depuis une fusion en 2014, ainsi que dans le fabricant de chaussures de sport Adidas AG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *