Les campagnes de désinformation en ligne sapent les élections africaines

Les campagnes de désinformation en ligne sapent les élections africaines

Certains gouvernements utilisent les médias sociaux pour dominer le récit des campagnes.

Dans la perspective des élections en Guinée le 18 octobre, les électeurs sont aux prises avec un problème qui semble familier: la désinformation et un manque de transparence sur qui fournit les nouvelles qu’ils reçoivent.

Aux États-Unis, des plaintes similaires ont conduit à une répression de campagnes telles que celles organisées par la Russie lors du scrutin présidentiel de 2016, remporté par Donald Trump. Ce cycle électoral, Facebook a interdit les nouvelles publicités politiques la semaine précédant le jour du scrutin le 3 novembre et – à l’instar de Google – indéfiniment après, tandis que Twitter s’est également engagé à mieux contrôler les informations trompeuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *